Aller à la barre d’outils

Un accord a été trouvé avec la majorité des pays de l’espace Schengen sur la réouverture des frontières

Un accord a été trouvé au niveau européen quant à la réouverture des frontières. A compter du 15 juin, les frontières rouvrent pour les voyages à destination et au départ de l’Union européenne, Royaume-Uni et les quatre autres pays Schengen (Suisse, Liechtenstein, Islande, Norvège) compris. Des exceptions existent toutefois, comme l’Espagne qui ne donnera l’accès à son pays qu’à partir du 1er juillet.

C’est le ministre de l’Interieur, Pieter De Crem, qui l’a annoncé sur son compte Twitter. « Nous sommes arrivés à un accord avec la majorité des pays de l’espace Schengen concernant la réouverture des frontières internes le 15 juin, a écrit M. De Crem. Il y a toutefois une série d’exceptions, dont l’Espagne fait partie. » Interrogé par VTM, le ministre des Affaires Etrangères a précisé que « nos pays voisins faisaient partie de l’accord » et que les contrôles à la frontière seraient abandonnés à partir du 15 juin.

En ce qui concerne les pays en dehors de la zone Schengen, le ministre a précisé qu’il espérait qu’un accord soit trouvé entre le 15 juin et le 1er juillet.

« Plus de justifications pour des restrictions supplémentaires de voyager »

Comme certains États membres comme l’Espagne ne veulent pas rouvrir leurs frontières intérieures avant fin juin en raison de craintes épidémiologiques, presque tous les États membres préfèrent opter pour une prolongation courte des mesures d’interdiction aux frontières extérieures.

« Cela veut dire que si les contrôles aux frontières intérieures sont levés fin juin, nous devrions pouvoir envisager une levée progressive de l’interdiction des voyages non-essentiels (de et vers l’UE) début juillet », a commenté la commissaire Ylva Johansson.

Elle s’est félicitée de voir une majorité d’États membres lever leurs contrôles entre eux et a appelé à un retour au fonctionnement complet de l’Espace Schengen et de la liberté de circulation « au plus tard fin juin ».

« Si des mesures sanitaires comme la distanciation physique restent de mise, les autorités sanitaires affirment clairement qu’il n’y a plus de justifications pour des restrictions supplémentaires de voyager ou des mesures aux frontières au sein de la zone EU-Schengen », a souligné la commissaire. « Mais au final, ce seront toujours les États membres qui décideront », a-t-elle fait observer.

Une proposition sera faite pour les pays non-Schengen avec l’espoir d’aboutir à un accord d’ici début juillet, a commenté le ministre belge de l’Intérieur, Pieter De Crem

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *