Aller à la barre d’outils

Un photographe a réussi à saisir toute la beauté d’un type particulier de renard à la fourrure noire et rousse

Le renard croisé (cross fox) est un type particulier de renard roux (Vulpes Vulpes) typique de l’Amérique du Nord et de l’Eurasie du Nord. C’est une espèce partiellement mélanique, car sa fourrure est noire mais aussi rousse, la couleur typique des renards européens. Sam Gaby a passé 8 semaines au Canada, dans une petite ville de Terre-Neuve, Twillingate, photographiant chaque jour de magnifiques individus de renards. Le jeune homme a passé tellement de temps en leur compagnie que les renards semblaient lui accorder leur confiance : tous les animaux photographiés semblent extrêmement détendus et à l’aise devant l’objectif.

Le renard croisé est une espèce relativement commune en Amérique du Nord et représente environ 30 % des espèces de renards roux au Canada. Gaby a été témoin de leur présence lors de son séjour à Twillingate. Le jeune homme, officiellement économiste et consultant mais passionné pour la photographie depuis son enfance, a réussi à documenter la vie de ces renards et l’environnement dans lequel ils vivent, sans les déranger le moins du monde. 

Gaby est parvenu progressivement à établir un lien de confiance avec les renards, se retranchant chaque jour au même endroit ; au bout d’un certain temps, il en est venu à « appeler » les renards. Ces splendides animaux sont sortis des buissons après avoir entendu son appel. Malgré cette confiance mutuelle, Gaby n’a jamais tenté d’en caresser un, malgré la tentation.

Les renards sont extrêmement intelligents et curieux – Gaby a pu constater de lui-même ces traits de caractère. L’homme les a vus cacher de la nourriture dans des trous souterrains, mais aussi chercher de la nourriture sous terre. Les résidents ont raconté à Gaby qu’il y avait autrefois une ferme qui produisait des fourrures de renard dans la région, mais qu’après la chute des prix de la fourrure, le propriétaire a dû fermer l’entreprise et libérer les renards.

Gaby essaie d’économiser de l’argent pour voyager et visiter ce type de petites communautés au moins deux fois par an. Ce sont des endroits où le travail et les ressources primaires sont rares et où le tourisme est l’une des rares sources de revenus sur lesquelles on peut compter.

Le regard d’un prédateur dont la ruse est inégalée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *