Aller à la barre d’outils

Presque deux ans après la demi-finale France-Belgique, Didier Deschamps fait l’éloge des Diables Rouges

Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus, a dressé un portrait flatteur des Diables Rouges. Une approche différente de celles adoptées jusqu’ici.

Et si, finalement, la rivalité franco-belge était déjà derrière nous ? La demi-finale de Coupe du Monde, jouée en juillet 2018 en Russie, est encore dans toutes les têtes. Côte belge, il y a une certaine déception de ne pas avoir pu convertir nos occasions. Côté français, on perçoit cette déception comme une forme de prétention. Soit.

Didier Deschamps est encore une fois revenu sur cette rencontre dans les colonnes du journal L’Equipe. Le Français y a abordé le jeu proposé par la France, jugée trop défensive par de nombreux observateurs. Un constat particulièrement dressé après la demi-finale contre nos Diables Rouges, qui avaient eu la possession sans savoir faire la différence. 

Mais selon le sélectionneur français, le jeu défensif adopté face à notre sélection n’était pas totalement désiré. « On est capables d’avoir la maîtrise. Mais on peut aussi tomber sur une équipe comme la Belgique avec une très grande maîtrise collective », a admis Didier Deschamps. « Contre ce genre d’adversaires, il faut être réaliste et lucide. On ne peut pas avoir la possession de balle », a-t-il poursuivi.

Il a dès lors trouvé une solution. « Pour l’emporter, il faut savoir bien défendre et bien utiliser le ballon quand on l’a, afin de créer des problèmes dans les espaces que laisse leur possession », a-t-il explique, affirmant ensuite avoir subi le jeu belge. « Nous n’avons pas du tout voulu leur laisser le ballon. J’étais même un peu énervé de voir mon équipe jouer si bas. Mais les joueurs se sentaient forts ainsi. On a défendu bas, c’est vrai, mais on a très bien défendu. Cela ne servait à rien de s’égosiller sur le bord du terrain. Ce sont les joueurs qui décident sur le terrain, je ne les télécommande pas », a-t-il analysé.

Possession stérile

Mais Didier Deschamps a ensuite balayé les critiques concernant son jeu défensif, affirmant ne pas avoir la même conception du football que certains. « La possession stérile ne m’intéresse pas. Si c’est pour se faire des ‘pa-passes’ qui n’amènent rien, je préfère un joueur qui tente une passe verticale qui élimine les lignes. Cela n’empêche pas mes équipes de marquer des buts. En cent matchs avec les Bleus, on ne doit pas être loin d’une moyenne de deux buts par match« , a justifié le sélectionneur des Bleus.

Il a ensuite préféré retenir le bilan offensif de son équipe. « 14 buts marqués en phase finale, dont quatre en finale. Et ce ne sont pas les adversaires qui nous les ont donnés. On a marqué sur coups de pied arrêtés, sur des attaques rapides, placées aussi », a conclu Didier Deschamps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *