Aller à la barre d’outils

Polo Mpoku : « Quitter le Standard… pour rester en bons termes « 

Polo Mpoku a quitté le Standard au mercato hivernal. Direction Al-Wahda à Abou Dabi. Il y est bien. Pour les  » Bordeaux  » (c’est le surnom donné aux joueurs d’Al Wahda) le confinement est là aussi complet. Polo a donc pris le temps pour un long entretien. Il n’a éludé aucun sujet. Le Standard, l’émergence de son petit frère Sambi Lokonga au plus haut niveau…

Polo Mpoku, comment se passe le confinement ?

 » On fait en sorte que cela se passe bien. Le temps est bon et même si la famille nous manque ça va. Nous sommes dans de bonnes conditions. Ils font tout pour que nous nous sentions en sécurité. Je suis avec mon épouse et mon fils. Et on fait en sorte d’être créatif. On doit toutefois respecter un couvre-feu entre 20 heures et 6 heures du matin. Ils nettoient et désinfectent les rues. On se doit d’être positif car certains vivent dans des conditions bien plus difficiles que nous. « 

Une journée type pour vous, cela ressemble à quoi ?

 » Le matin nous avons un temps de prière avec mon église via l’application  » zoom « . Puis je vais jouer avec mon fils. La plage n’est pas très loin, sinon nous jouons dans le jardin. Je passe du temps avec mon épouse. Nous essayons d’être créatifs. On lit, on écrit… Et puis je m’entraîne bien sûr avec l’équipe via Zoom. A 17h30. »

Le niveau du championnat est comment ?

 » Ce n’est pas la Belgique mais tu dois faire attention. Il faut venir avec un très bon état d’esprit. Comme en Europe. Si tu veux performer à haut niveau. Ce que je fais. Je ne suis pas perçu comme une star. Je préfère que la star soit l’équipe. « 

Parlons du Standard. Il n’a pas reçu la licence en première session. Cela vous inspire quoi ?

 » Je ne suis pas inquiet. Les personnes qui gèrent le dossier au Standard sont compétentes. Je suis sûr que ça va aller. Le Standard est entre de bonnes mains. « 

Votre départ s’est passé comme vous le souhaitiez ? C’est le club de votre cœur mais vous étiez arrivé à la fin d’un cycle ?

 » Il y a un temps pour tout. Il était temps pour moi de partir. J’avais reçu beaucoup d’offres et je devais faire un choix. Soit je partais soit je restais au risque d’être moins motivé, pas dans une bonne mentalité, pas avec le bon état d’esprit. Je n’aurais peut-être plus eu l’envie de tout donner. Or le Standard est le club de mon cœur. Je n’avais pas envie de rester sans la motivation adéquate. Et puis il y a différents petits trucs que je n’avais pas trop appréciés. Et je préférais garder de bonnes relations avec les gens. C’était mieux de partir. « 

Un petit mot sur le petit frère. Albert Sambi c’est un futur tout grand ?

 » Oui, ses qualités parlent pour lui. Souvenez-vous de son premier match sur la pelouse de Sclessin. Il n’avait que 18 ans. On aurait dit qu’il avait l’expérience d’un joueur de 100 ans. Après il faut continuer à bosser et rester humble. Pas de souci qu’il devienne plus fort que moi. C’est même ce que je souhaite. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *