Aller à la barre d’outils

Jacinda Ardern et ses ministres coupent dans leurs salaires par solidarité face à la crise

nouvelle-zélandeLa Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern va réduire de 20% son salaire lors des six prochains mois dans le cadre de la crise générée par la pandémie de coronavirus.

La réduction salariale s’applique aussi aux ministres de son gouvernement et aux directeurs exécutifs de l’administration publique néo-zélandaise, a annoncé Mme Ardern lors d’une conférence de presse, mercredi. “En soi, cela ne bouleversera pas la situation générale des finances, mais il s’agit ici de leadership”, a-t-elle affirmé. “C’est une façon de reconnaître l’impact actuel pour de nombreux Néo-Zélandais.”

« S’il y a un moment pour réduire l’écart entre différentes positions, c’est maintenant ». 

Solidarité

“Je suis responsable du pouvoir exécutif et c’est là que nous pouvons agir… Il s’agit de faire preuve de solidarité en ces temps difficiles pour la Nouvelle-Zélande”, a-t-elle poursuivi. 

Cette réduction de salaire de six mois ramènera le salaire annuel de M. Ardern, qui est de 470.000 dollars (259.464 euros), à 423 945 dollars (234.039 euros). Les ministres du gouvernement subiraient une réduction de 26.900 dollars néo-zélandais (14.851 euros) chacun, passant ainsi à un salaire annuel de 296.007 dollars (163.428 euros). Le salaire du vice-premier ministre Winston Peters, qui s’élève à 334.734 dollars (184.837 euros) par an, serait quant à lui réduit de 33 473 dollars (18.483 euros).

La Première ministre a souligné que la coupe dans les salaires ne s’appliquerait pas aux personnes employées dans les secteurs cruciaux, comme dans les rangs de la police ou des services de santé. “De nombreux membres du service public sont des travailleurs essentiels, en première ligne, comme les infirmières, les policiers, les professionnels de la santé”, a dit Mme Ardern. “Nous ne sommes pas en train de faire l’apologie des baisses de salaire.”

Pic de l’épidémie dépassé

Mm. Ardern a aussi indiqué que le pays d’Océanie avait dépassé le pic de l’épidémie mardi, alors que les autorités sanitaires ont dénombré quatre nouveaux décès imputés au Covid-19 lors des dernières 24 heures, soit le bilan le plus conséquent à ce jour. 

Le gouvernement néo-zélandais a ordonné un confinement général de quatre semaines pour freiner la progression du Covid-19, qui a contaminé près de 1.366  personnes et fait neuf morts dans ce pays de cinq millions d’habitants. Cette mesure a paralysé l’économie, et aura un impact lourd sur la croissance et l’emploi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *