Aller à la barre d’outils

Belgique : des immigrants s’attaquent violemment à une femme enceinte et agressent les ambulanciers venus la secourir

Dimanche, une femme enceinte a été rouée de coups par un groupe d’immigrants à Deurne.

Fait remarquable, les médias mainstream ont initialement rapporté que les auteurs étaient « deux femmes musulmanes accompagnées de leurs amis marocains », mais ont rapidement changé deux heures plus tard en « deux femmes et leurs amis ».

Et ce n’est pas du goût de tout le monde:

« Pourquoi personne ne croit encore aux médias ? », a déclaré le président du parti Vlaams Belang, Tom Van Grieken, sur les réseaux sociaux, ajoutant: « le journalisme est un activisme de gauche. »

Tatiana L., enceinte, vit dans un appartement du quartier Arena, situé à Deurne, dans la ville d’Anvers. Samedi soir, elle est tombée sur un scooter que les enfants de ses voisins marocains avaient laissé traîner dans le couloir de son immeuble. Le lendemain, lorsque Tatiana leur a demandé de nettoyer « les jouets » de leurs enfants et de ne pas les laisser traîner, les choses ont vite mal tournées. Des amis des voisins s’en sont pris à Tatiana et l’ont lourdement frappée.

« Très hostile »

« Cette amie de la famille marocaine a pris le scooter et l’a poussé violemment contre mon ventre », raconte Tatiana à Het Laatste Nieuws.

Elle m’a crié dessus et m’a empoignée par les cheveux. Je l’ai frappée au visage puis j’ai réussi à me libérer.

De retour dans mon appartement, j’ai appelé les services d’urgence ainsi que mon ami. Il voulait venir immédiatement, mais je lui ai conseillé de rester chez lui pour ne pas que la situation dégénère. »

Les services d’urgence sont venus sur les lieux. Ils ont trouvé Tatiana, assise en larmes sur un banc devant l’immeuble. Lorsque les ambulanciers sont montés à l’étage pour récupérer les effets de Tatiana, la situation s’est à nouveau aggravée.

« Les marocains étaient très hostiles » , témoigne l’un des ambulanciers. « Ils ont reçu un appel et tout à coup quatre ou cinq hommes sont entrés dans le hall. Je suis sorti mais mon collègue et la femme enceinte ont été molestés. »

Les ambulanciers venus en secours ont été pris à parti, tout comme Tatiana, qui a de nouveau été frappée au ventre par l’un des marocains.

« Mon collègue a essayé de protéger Tatiana, mais il ont reçu des coups de poing et des coups de pied qui les ont fait tomber. Puis j’ai vu un homme donner un coup de pied dans le ventre de cette femme enceinte.

A force, en poussant, nous sommes enfin arrivés à l’ambulance. Mais ces hommes traînaient toujours autour du véhicule, jusqu’à ce qu’ils entendent les sirènes de la police. Alors ils sont repartis dans des crissements de pneus. »

« Journalisme = activisme de gauche »

Ce qui est frappant:Lire aussi:  Suède : Une jeune fille sur trois déclare avoir été victime d’agressions sexuelles en 2017 – Rapport officiel

Les dernières nouvelles ont rapporté hier soir que « deux femmes musulmanes et leurs amis marocains » étaient les auteurs d’une violence insensée sur une femme enceinte, mais cela a vite été changé en « deux femmes et leurs amis » environ deux heures plus tard .

Le président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken, a relevé cet étonnant revirement.

« Pourquoi personne ne croit encore aux médias…», a déclaré Van Grieken sur les réseaux sociaux. « Le journalisme est un activisme de gauche. »

Mais Tatiana confirme qu’il s’agit bien de femmes marocaines. « Les deux dames sont toujours voilées, à part leurs yeux », dit-t-elle.

Ce n’est pas la première fois qu’elle doit faire face à des voisins agressifs:

« Je regrette déjà que nous ayons acheté cet appartement il y a un an. Les voisins y vivent depuis moins longtemps. En octobre, l’un d’eux brandissait déjà un couteau. La police est alors intervenue, mais c’est toujours notre parole contre la leur. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *