Aller à la barre d’outils

Le cri d’alerte de Charline Van Snick : « Cette situation nous pousse à nous mettre en danger ! »

La judoka liégeoise a lancé un cri d’alarme sur les réseaux sociaux depuis son lieu de confinement chez ses parents, où elle tente de se maintenir en forme…

Charline Van Snick a pour habitude de toujours dire ce qu’elle pense ! Dans un message sur les réseaux sociaux, elle a lancé un cri d’alarme particulièrement sincère. Le voici…

« L’État, les médecins, le monde entier : « On vit une crise sanitaire sans précédent, restez chez vous, protégez-vous, protégez les autres. Faites du sport de façon modérée. »

On sait très bien que c’est parti pour durer.

Ok ? Savez-vous ce que c’est d’être sportif de haut niveau et de préparer les JO ?

Pensez-vous vraiment que c’est compatible avec un confinement, du télé-entraînement, avec une activité sportive modérée, avec la gestion d’une crise sanitaire mondiale ?

Préparer les Jeux Olympiques, c’est être à 200% plonger dans son objectif. C’est une préparation minutieuse et optimale sur 4 ans. C’est toute une équipe de travail :

– le technico-tactique, le travail d’opposition (sports de combat), le travail d’équipe (sports collectifs),
– le suivi médical, prévention, récupération,
– le suivi diététique,
– le suivi mental et psychologique avec une concentration sur l’objectif.

La priorité, aujourd’hui, doit être la santé et non un objectif sportif (ou plutôt économique).

Savez-vous qu’en maintenant cet objectif majeur, vous créez l’inégalité entre ceux qui peuvent s’entraîner et ceux enfermés, entre les sports individuels et les autres.

Cette situation nous pousse à nous mettre en danger car certains veulent s’entraîner coûte que coûte, bravant les mesures sanitaires.

C’est la dernière ligne droite, c’est la période la plus intense, physiquement, mentalement.

Oui, les sportifs, on est inventif, on s’entraîne, on trouve des solution, mais on limite la casse !

Si on reste 1 mois confiné, il nous faudrait le double de temps être de nouveau au top de la forme.

Aujourd’hui, que devrait être la priorité ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *