Aller à la barre d’outils

Jean-Luc, Bruxellois de 55 ans, bloqué au Maroc: « Sans doute suis-je plus en sécurité ici qu’en Belgique »

Jean-Luc est bloqué à Marrakech. Mais il s’y sent en sécurité.

Jean-Luc Lunquich, 55 ans, est prof de tennis à Bruxelles. Il vient d’être opéré à la jambe. Le mercredi 11 mars, il décollait pour Marrakech. «  Je voulais y passer une semaine pour ma rééducation. L’air sec permet de mieux cicatriser. « 

À Marrakech, il y est encore. Un mail de Ryanair a indiqué qu’il faudrait patienter au moins jusqu’au 5 avril. Depuis, Ryanair ne répond plus. Se rendre à un guichet d’aéroport ? «  Un ami me l’a déconseillé : ‘C’est un nid à micro bes.’ Il y a 2 000-3 000 personnes, des gens qui dorment sur place… « 

En Belgique, les Affaires étrangères annonçaient ce jeudi que quelque 1 300 Belges avaient pu être rapatriés depuis le Maroc cette semaine. «  J’ai tenté d’appeler le consulat mais ça ne répond pas. S’inscrire via le formulaire des Affaires étrangères ? Il y a une file d’attente de 1 800 personnes et il y a des priorités, des familles avec enfants par exemple. »

Le Maroc reste encore relativement épargné mais le nombre de cas déclarés est passé à 66 en une semaine, avec trois décès. «  Vu ces chiffres, sans doute suis-je plus en sécurité ici qu’en Belgique « , témoigne Jean-Luc. «  D’autant plus que les Marocains ont été bien plus réac tifs. Lundi, le gouvernement n’en était encore qu’au stade des simples recommandations, pas des mesures fortes. Il conseillait aux gens de rester chez eux. Ils ont obéi. Il est vrai qu’ils ont pu voir ce qui se passait ailleurs, là où c’est plus grave. Ils suivent beaucoup la France, par exemple. Ils ont rapidement pris conscience de la situation. « 

Le Maroc n’en est qu’au stade 1 de la pandémie. Mais, dès ce jeudi, les autorités ont décrété «  l’état d’urgence sanitaire «  pour restreindre au maximum les déplacements. «  À partir de ce vendredi 18 heures, c’est le couvre-feu « , témoigne le Belge. «  En fait, ils se sont adaptés aux mesures et aux interdictions françaises. Dorénavant, tous les déplacements sont soumis à l’obtention d’un document officiel. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *