Aller à la barre d’outils

Frédéric, éboueur à Bruxelles, l’a mauvaise : “Pas de masques, pas de gel, rien !”

Ils n’ont pas de masque et sont à plusieurs dans la cabine du camion.

Frédéric (prénom d’emprunt), est éboueur à Bruxelles. Il l’a mauvaise. «  Pas de masques, pas de respect des distances et pas de gel désinfectant notamment dans les vestiaires… En pleine crise sanitaire, nous avons une fonction essentielle en matière d’hygiène. Mais personne ne pense à nous. Il y en a que pour le personnel médical. « 

À Bruxelles-Propreté, le relatif malaise est palpable. Il l’était en tout cas ce mardi alors qu’une soixantaine d’éboueurs, craignant pour leur santé, ont arrêté le travail au matin.

Le spectre, c’est, selon eux et notamment, le risque lié aux mouchoirs en papier potentiellement chargés en morve. «  Ils sont inquiets. Nous les comprenons vu le contexte. Mais il n’y a aucun danger. Les sacs sont fermés. Nos agents travaillent toujours avec des combinaisons et de gants «  , explique Étienne Cornesse, porte-parole de Bruxelles-Propreté.

Et pour le reste ? «  Il faut se rappeler que le gouvernement, vu notre mission d’hy giène publique, nous a catalogués dans les activités essentielles pour limiter les effets de la pandémie. Et à ce titre, ses recommandations ne nous touchent pas de la même façon que pour tout le monde. Nous ne pouvons pas tout appliquer à la lettre. Il y a, de fait, un chauffeur et trois éboueurs susceptibles de se trouver dans la même cabine mais nous ne pouvons pas agrandir les camions. Les gels désinfectants, tout le monde s’accorde pour dire qu’ils ne sont pas indispensables. Se laver longuement les mains et les savonner est suffisant. Par ailleurs, la présence de chacun à la cantine est limitée et nous avons scindé les horaires de départ entre 5 h 30 et 6 h 30. « 

Étienne Cornesse admet enfin qu’un sentiment de tristesse et de déception habite les éboueurs : «  Ils font un travail extraordinaire mais dans l’ombre. Mais on ne les considère pas comme des héros de la crise, comme peuvent de fait l’être les professionnels du secteur médical. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *